• Calade en fête, jour 2

    Je vous avais mis le programme ICI et je vous ai parlé des spectacle du premier jour LA

     

    Le samedi, j'ai assisté à 3 spectacles :

    * Germaine et Germaine, quand les moules auront des dents. 

    Calade en fête, jour 2

    Encore un spectacle sans paroles ou presque dans lequel deux petites vieilles n'attendent pas que le temps passe et lutte contre l'ennui. On a l'impression qu'elles retrouvent leur jeunesse lorsqu'elles partent en musique dans une danse endiablée et Germaine ou Germaine ose toute timide comme une adolescente énamourée inviter un spectateur à l'accompagner dans ses virevoltes. La danse sur accordéon n'est qu'une partie infime du spectacle mais c'est celle qui a attiré mon attention et est restée dans ma mémoire ! 

    * La Volte, compagnie les pas perdus.

    Calade en fête, jour 2

     

    Bon j'ai toujours du mal à adhérer complètement avec la danse contemporaine. Je suis parfois à la recherche du sens, du message qui passe à travers l'enchainement de gestes, de pas, de mouvements. Ce qui a sauvé pour moi ce spectacle et qui m'a emporté tout de même, c'est le violoncelle qui accompagne et porte les trois danseuses. Je les ai donc regardé, contemplé se déplacer et se mouvoir à l'intérieur d'un cercle de terre qui représentait leur espace jusqu'à se coucher et se rouler dans la dite terre. Je les ai observé souffler, secouer leur cheveu et acclamer des paroles poétiques à tour de rôle de manière répété puis toutes ensemble comme une seule voix, comme quelque chose qui s'amplifie puis retombe dans une chute au sol. En fait je cherche le sens mais l'émotion est là, elle passe à travers le rythme, à travers le choix des gestes de l'espace et tout ce qui fait un spectacle de danse contemporaine. Et le violoncelle contribuait bien évidemment grandement à m'apporter et apporter aux spectateurs cette émotion.

    Et pour finir :

    * Du plomb dans le gaz de la famille GOLDINI 

    Calade en fête, jour 2

    La famille Goldini enchaine plusieurs numéros de cirque toujours dans une ambiance comique et complice. Des numéros de portés tout d'abord qui commencent à impressionner le public puis un numéro de "domptage" pour redescendre la tension afin de mieux remonter dans les airs avec le numéro final de voltige dans un tango aérien. L'interaction avec le public fonctionne mais surtout leur numéro de je t'aime moi non plus est parfaitement réussi. Cela contribue à faire rentrer les spectateurs dans leur univers et leur numéros. Encore une très belle découverte pour ce deuxième jour de festival.

    Je suis vraiment très contente des 5 spectacles (5/7) que j'ai pu voir cette année !

    « Pop, le loup et le village d'histoiresHow I met your mother »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :