• VEO - Mea Culpa d'une mère imparfaite

    Jeudi 30 avril, c'était la journée de la non violence éducative. Je voulais en faire un article mais je ne savais pas dans quel sens le tourner car je me sentais illégitime de parler de ça étant une mère imparfaite, faisant plein d'erreurs, faisant plein de faux pas, et puis l'éducation est un sujet fondamental mais quelque fois tellement sensible...

    Hier, après un énième questionnement sur l'éducation de fiston, j'ai eu l'envie de retrouver cette liste qui m'avait tant fait peur lorsque je l'avais découverte et lue la première fois, tellement elle souligne mes erreurs. Alors la voici (trouvée ici):

    LES VIOLENCES ÉDUCATIVES ORDINAIRES

     

    LES VIOLENCES PHYSIQUES :

    Fesser, gifler…
    Donner une tape sur la main
    Bousculer l’enfant/le pousser/le tirer/ tirer les oreilles/les cheveux…
    Secouer
    Tenir les joues
    Mordre, pincer
    Laisser pleurer seul
    Forcer à goûter/à manger/à finir son assiette
    Priver de dessert
    Empêcher d’aller aux toilettes
    Empêcher de boire/ de manger
    Prodiguer des soins sans prévenir, par derrière (nettoyer le visage/moucher)
    Mettre un enfant sur le pot avant qu’il ne le demande
    Conditionner l’enfant à la continence
    Allaitement et/ou repas de l’enfant sans prendre en compte sa faim mais en fonction de notre horaire décidé à priori (refuser à un enfant de manger / le forcer à manger)
     

    LES VIOLENCES PSYCHOLOGIQUES :

    Crier
    Faire la grosse voix, « hausser le ton »
    Faire les gros yeux
    Faire peur, effrayer
    Réprimander
    Brimer
    Mettre au coin
    L’isolement temporaire (sur une chaise, dans les escaliers…)
    L’isolement forcé
    Créer un tableau d’appréciation du comportement de l’enfant via des visuels (lion des couleurs, points, croix…)
    L’indifférence (dont ignorer l’enfant en détresse émotionnelle quelque soient ses comportements, marquer volontairement une indifférence)
    Pousser l’enfant à pleurer/provoquer les pleurs de l’enfant volontairement
    Les privations
    Punir
    Menacer
    Faire du chantage
    Rabaisser
    Humilier
    Insulter
    Se moquer
    Rire quand l’enfant est en détresse
    Donner des surnoms humiliants/blessants
    Donner des récompenses
    Comparer les enfants
    Mentir
    Cacher des choses impliquant l’enfant
    Ne pas écouter l’enfant
    Ne pas arrêter de chahuter/chatouiller quand l’enfant le demande
    Ne pas respecter son intimité: entrer dans sa chambre sans y être invité, lire son courrier, ses comptes sur les réseaux sociaux, changer la couche de l’enfant devant tout le monde…
    Critiquer ses amis, ses goûts devant lui
    Lui faire faire des promesses
    Se placer en autorité toute puissante (adultisme)
    Confisquer le doudou/ la tétine/ jouets/ téléphone
    Mettre des étiquettes (positives ou négatives)
    Avoir des attentes qui ne concordent pas avec le développement de l’enfant
    Le forcer à mettre les habits que l’on choisit au lieu de respecter ses goûts
    Le forcer à mettre sa veste/ bonnet… sans marge de manœuvre (explications, expérimentation du froid…)
    Forcer un enfant à rester nu sur la plage alors que ce dernier a clairement exprimé son refus d’exposer son corps.
    Forcer un enfant à s’habiller alors qu’il souhaite être nu, dans la mesure du possible.
    Réveiller brusquement, lumière vive, bruit, chatouilles
    Empêcher l’enfant de dormir sous unique prétexte qu’il doit “se lever tôt/à l’heure” sans réelle obligation.
    Jeter les jouets de l’enfant sans son accord
    Jeter/menacer de jeter les jouets de l’enfant sous prétexte qu’ils ne sont pas rangés
     
     

    LES VIOLENCES CULTURELLES :

    Les violences culturelles mêlent souvent violences physiques et psychologiques et posent un problème par rapport au consentement de l’enfant et à son choix libre et éclairé.
     
     
    Imposer notre vision homme/femme
    Imposer notre religion et des coutumes
    Imposer notre athéisme
    Imposer nos valeurs (“c’est bien”/”c’est mal”)
    Imposer notre régime alimentaire
    -> Précision pour ces termes : il est important de transmettre nos valeurs (on ne peut d’ailleurs pas faire autrement puisque l’enfant baigne dans notre environnement), c’est le fait de les imposer si l’enfant choisit une autre voix qui est considéré comme une violence.
     
    Percer les oreilles d’un enfant sans son consentement éclairé et réfléchi
    Circoncire sans son consentement éclairé et réfléchi
    Forcer à demander pardon/à s’excuser
    Forcer à faire la bise/à se laisser embrasser
    Forcer à faire un câlin/à se laisser câliner
    L’exposer sur internet/dans nos conversations sans son consentement (photos, vidéos, récit « intime »)
     
     

    LES « DOUCES VIOLENCES »

    Le terme de « Douces Violences » est largement développé dans les ouvrages de Cristine Schuhl. Ce sont des comportements en apparence anodins, mais qui, répétés, peuvent être délétères pour l’enfant.
     
    Donner des surnoms (monstre, bulldozer, petit diable…)
    Utiliser du second degré alors que l’enfant n’est pas capable de le comprendre
    Presser l’enfant dans toutes ses activités
    Faire à sa place car on le trouve trop lent
    Parler devant lui à la troisième personne sans l’inclure dans la discussion
    Parler à l’enfant ou de soi en utilisant la 3ème personne : « Léo a fait ça » en parlant à Léo ; « Il est où papa » prononcé par papa.
    Le mettre devant la tv/console/tablette pour avoir la paix
    Utiliser un parc/lit cage alors que l’enfant a besoin de se mouvoir
    Utiliser systématiquement la poussette avec un enfant qui demande à marcher
    Parler devant l’enfant dans une langue étrangère ou épeler des mots pour qu’il ne comprenne pas et soit exclu de la conversation.
    Empêcher un bébé de se mouvoir librement à cause de ses vêtements/chaussures.
    Forcer à rester à table pendant le repas
     
     

    LES MALTRAITANCES

     
     
    Nous complétons cette liste par celles des maltraitances, tout en gardant à l’esprit que la limite entre les deux est parfois inexistante et ne doit en aucun cas minimiser les dégâts causés par les VEO. Toute maltraitance observée doit conduire à protéger l’enfant.
     
    Coups portés avec un objet
    Coups répétitifs
    Coups de pied/coups de poing
    Isolement long/répété
    Douche froide
    Punition par mise à nu de l’enfant
    Négligence
    Privation de nourriture
    Punir au pain sec et à l’eau
    Privation de soin
    Privation d’affection
    Emprise
    Humiliations
    Insultes
    Surnoms humiliants/insultants
    Viol
    Attouchement sexuel
    Atteinte sexuelle
    Excision NB.
     
    Les parents maltraitants ne sont pas que violents, ils se montrent aussi “aimants” et pensent souvent éduquer leur enfant. Les enfants maltraités « aiment » leurs parents et peuvent chercher à les protéger. Cela ne rend légitime aucune maltraitance et ne doit jamais vous empêcher de signaler les faits au 119 et/ou à la gendarmerie/police.

     

    Peut être comme moi, à la lecture de cette liste, vous avez ressenti une culpabilité et un rejet de celle-ci en pensant "Et ça va là, la compagnie des parents parfaits , c'est bien beau tout ça mais c'est impossible". Et puis cette liste fait son chemin dans mon esprit... chaque fois que je fais un faux pas, j'y pense et je réfléchis à comment je pourrais faire la prochaine fois, à comment je pourrai accompagner mon fils (et mes élèves) dans leur évolution, comment je pourrais transformer mon autorité en apprentissage respectueux, en éducation positive et bienveillante, comment je pourrais exprimer mes émotions et mes besoins (car il est souvent là le problème) sans nuire aux émotions et aux besoins de l'enfant qui est en face de moi. J'avais lu l'autre jour une phrase qui m'avait fait écho "Tu as dépassé les bornes ! Tu as dépassé les limites !" Mais quelles bornes ? quelles limites ? Souvent celles de nos attendus, de notre déception, de notre patience, de nos émotions à nous adulte à un moment T, tout simplement. Alors chaque fois que j'ai envie de prononcer cette phrase, j'y pense et je me questionne pour mettre des mots sur mes maux et sur la situation.

    Alors non effectivement, je suis très loin d'être parfaite, nous sommes des parents imparfaits, la preuve avec tous nos faux pas en bleu dans la liste ci-dessous. Mais je suis un parent en cheminement, en perpétuelle remise en question et je voulais aujourd'hui partager cette liste pour  semer peut-être une graine d'éducation bienveillante dans la tête et le cœur de tous ceux qui la liront. Et j'espère que ma moitié la lire pour discuter encore et encore et s'améliorer encore et encore en tant que parents.

    Pour en savoir plus sur le sujet vous pouvez aussi aller sur ce site.

    Je vous renvoie aussi vers les dessins et réflexions de Fanny Vella (dont c'était d'ailleurs l'anniversaire hier) "Et si on changeait d'angle". J'aimerais d'ailleurs me le procurer.

    VEO - Mea Culpa d'une mère imparfaite


    1 commentaire
  • J'ai déjà donné mon avis sur le déconfinement sur mon blog de maîtresse ici et mais le déconfinement c'est demain alors voici venu le temps d'en faire un bilan.

    Bon en vrai, je vais faire un peu de rab de confinement car dans ma circo l'inspecteur a été assez ouvert flexible sur le volontariat des enseignants jusqu'à fin mai, j'ai donc fait le choix de continuer en distanciel pour l'instant, après une semaine de prise de tête et de réflexions intenses à ce sujet. De même mon fils ne reprendra pas l'école et Coeur continue le télétravail jusqu'à nouvel ordre. Mais dès demain, nous pourrons sortir sans attestation mais avec un masque, librement mais respectant des règles strictes car la maladie est toujours là elle, il faut apprendre à vivre avec, à ce qu'on dit mais moi ça me fait peur.

    Bref. 

     

    Voici les 5 choses que j'attends de faire/qui m'ont manqué :

    - aller voir ma mère 

    - discuter avec mes amis, mes collègues sans écran interposé

    - aller au cinéma 

    - aller choisir nos meubles de salon pour continuer à aménager la maison

    - faire réparer le robinet de la salle de bains qui a rendu l'âme au début du confinement

     

    Voici les 5 choses que j'ai aimés durant ce confinement :

    - Coeur travaillant sur place et prenant le relais pour s'occuper d'Auguste beaucoup plus tôt le soir

    - Observer mon jardin tous les jours pour voir les nouvelles fleurs, découvrir les nouvelles merveilles naturelles qui sont sous mon nez et que je ne prenais pas le temps d'observer

    - Avoir une idée de ce que pourrait être l'IEF (instruction en famille) pour mon fils, question que je me suis souvent posée, de savoir si j'en serais capable 

    - Avoir presque uniquement une des parties que je préfère de mon métier : la préparation et la recherche d'idées pour mes élèves

    - Les supers parents qui me font des compte rendus détaillés des activités et travail de leur enfant, des parents qui se plaisent à faire l'école à leur enfant, plusieurs de mes GS qui entrent dans la lecture, des élèves à qui la classe et ses perturbations ne convient pas qui n'ont jamais autant travaillé que depuis le confinement et le suivi personnalisé à la maison

    Bonus :

    - Ne pas mettre de réveil, rester en pyjama quasiment toute la journée

    - Ne pas dépenser de gazole ni faire d'achats compulsifs inutiles dans des "magasins dont je ne citeras pas le nom"

     

    Voici mes 5 meilleurs souvenirs du confinement :

    - Fiston ayant le déclic de la lecture la première semaine d'école à la maison

    - La chasse au trésor de Pâques suivi du visio-repas avec ma famille

    - L'apéro visio avec mes collègues à la suite d'un conseil de maîtres qui a fini à 2h du matin, les rigolades, les confidences et les échanges durant cet apéro qui m'a fait découvrir davantage certains de mes collègues

    - Découvrir des recettes, prendre le temps par exemple de faire mijoter un pot au feu et de faire un chili sin carne

    - Mon élan "littéraire" pour écrire des textes porteurs d'opinion suite à l'annonce du déconfinement

    Bonus :

    Profiter du jardin et de la maison tous les trois en famille

     

    Voici les 5 défis/ challenges confinements que j'ai suivis

    - Ping-pong casserole

    - Tranches poétiques

    - Faire une cure de sébum

    - Faire mon pain (en vrai je l'ai fait qu'une fois pendant deux mois^^)

    - Jongler entre le télétravail, mon fils, l'école à la maison pour lui, la gestion de la maison, du temps pour moi pour souffler, ben oui sacré challenge !

    Bref

    Bonne reprise .... non pas d'une vie normale, non pas de la vie d'avant mais de la vie d'après, différente certes, inquiétante peut être, porteuse d'espoir aussi pour tous ceux qui ont profité de ce confinement pour réfléchir à leur consommation, à leur vie, à leur planète, à ce qui leur manquait vraiment.


    1 commentaire
  • Le dernier article sur mes lectures remonte à plus d'un an, j'ai eu une plutôt bonne année de lecture depuis avec des périodes fastes où j'ai enchainé plusieurs livres avant de retomber dans la phase désertique.

     

    Voici donc la liste à partir de mars 2019 :

    Tous les livres que j'ai lu depuis le dernier article lecture...

    - Petit décodeur illustré de l'enfant en crise, (j'avais commencé à en parler ici)

    - Les gens heureux lisent et boivent du café, Agnès Martin Lugand

    - Poussière d'homme, David Lelait

    (j'avais écrit une ébauche d'article sur ces deux dernières lectures, ayant toutes les deux un point commun qui est le récit d'un deuil du personnage principal mais ce texte devant être remanié et peaufiné est parti aux oubliettes sans que je me décide à le publier donc tant pis)

    - Merci maîtresse, Anouk F

    (j'espère lire le second tome de l'auteur bien vite. Le premier m'a fait rire, parfois sourire amer tellement ce récit est chargé de vérités. J'ai même prêté ce livre à mes collègues l'an dernier pour partager cette lecture avec eux)

    - La boîte de Pandore, Bernard Werber

    (pour moi BW a pris tous ces bouquins précédents, les a mis dans un shaker, a secoué et le mélange a donné une nouvelle histoire, tadam ! Euh ... encore une fois déçue depuis quelques années, j'ai l'impression qu'à trop vouloir écrire, il tourne en rond dans les idées... mais ce n'est que mon avis)

    - Tom, petit Tom, tout petit homme, Tom. 

    (belle découverte dans la boîte à livres de mon ancien quartier, de cette lecture agréable, légère et à la fois chargée de sens et criante de vérités)

    - Le premier jour du reste de ma vie, Virginie Grimaldi

    (cette auteure m’intriguait depuis longtemps et en effet, cela correspond exactement au genre de livres que j'aime, du feel good entre fiction et développement personnel, ce livre a accompagné le début de mon été 2019 après mon déménagement et je me souviens m'être régalée de le lire)

    - La vie secrète des écrivains, Guillaume Musso

    ( ce cadeau de ma maman m'a fait découvrir un aspect un peu plus "détective/policier" de cet écrivain)

    - Et tu trouveras le trésor qui est en toi, Laurent Gounelle

    (autre auteur fiction/développement personnel dont les bouquins font désormais partie de ma wish list littéraire)

    - Montessori partout et pour tous, Sylvie d'Esclaibes

    (premier livre emprunté lors de mon abonnement dans ma nouvelle bibliothèque, il était dans ma wishlist depuis un moment pour enrichir mes recherches sur le sujet école montessori. j'ai oscillé entre agacement et désespoir de me dire que ce n'était pas possible dans l'EN et l'admiration pour cette femme qui a donné sa vie à son métier et à son envie de faire vivre Montessori aujourd'hui)

    - La mort d'une princesse, India Desjardins

    (Mouais, livre acheté à 3 francs six sous dans un magasin de déstockage ; facile à lire mais ne m'a pas tant accroché bien que fan de ce genre un peu gnagnan de midinette)

    - Chère Ijeawele ou un manifeste pour une éducation féministe, Chimamanda Ngori Adiche

    (Tout simplement merci soeurette de m'avoir offert ce bouquin épistolaire tellement intéressant, véridique et important pour notre rôle à jouer dans l'évolution de la société en tant que parent/enseignant/personne en contact avec des enfants)

    - La danse hésitante des flocons de neige T1 des frères O'Neill, Sarah Morgan

    (parfais pour finir l'année en période de fête, ayant lu le tome 3 par hasard avant j'avais déjà le contexte et la finalité de l'histoire mais ceci dit sans lire aucun des tomes on sait déjà ce qu'il se passe et comment ça finit ^^)

     

    2020

    Tous les livres que j'ai lu depuis le dernier article lecture...

    - Soif, Amélie Nothomb

    (Depuis 2 mois j'étais à nouveau en période non littéraire et j'avais soif d'une nouvelle histoire qui me remettrait le pied à l'étrier pour lire en 2020 et je l'ai trouvé. Ma mère n'arrivait pas à rentrer dans l'histoire car avait été dérangée par le sujet et le fait de se mettre dans la peau de ce protagoniste principal bien particulier de l'Histoire. pour ma part je n'ai pu m'empêcher de saluer le génie d'Amélie d'oser prendre JC comme narrateur interne ! Je n'ai pas été déçue, l'ai dévoré et cela m'a lancé dans une nouvelle période de lecture pendant 2 mois !)

    - Les lois naturelles de l'enfant, Céline Alvarez

    (trouvé en vide grenier l'an dernier, celui-ci était dans ma liste depuis longtemps. J'ai commencé par râler et ne pas comprendre comment elle avait pu avoir le concours, le poste qu'elle voulait de suite, choisir son ATSEM et avoir carte blanche comme ça pour 3 ans puis démissionner après son expérience. Je me disais qu'elle n'avait pas à me faire de leçon car n'avait visiblement pas la vocation d'enseigner puisque son passage dans l'EN bien que passionnant et riche en leçons n'avait été que de quelques années.... et puis la magie a opéré, mon cerveau s'est mis en éveil et j'ai commencé à corner les pages pour garder trace de ma lecture et des passages qui m'ont fait écho pour pouvoir les relire plus tard et pousser ma réflexion pour ma classe, pour ma pratique au fil des années - car moi je n'ai pas carte blanche, pas le budget et surtout l'axe principal est en fait la façon d'enseigner, d'agir, d'interagir, de communiquer, et malgré l'envie j'ai encore du chemin à parcourir)

    - S'accrocher aux étoiles, K. KHAN

    (Encore un livre trouvé à 3Fcs 6s, je n'ai pas d'avis tranché sur ce livre, j'ai mis du temps à le commencer vraiment, quelques pages lues puis abandonné avant d'être repris et lu quasiment d'une traite. Il m'a fait pleurer. Les fins alternatives m'ont à la fois émues et embêtées car je ne savais plus du coup comment finissait l'histoire.)

    - Il est grand temps de rallumer les étoiles, Virginie Grimaldi 

    (j'ai acheté ce livre pour occuper ma maman en convalescence, elle l'a lu puis me l'a prêté et je l'ai adoré!)

    - La tresse, Laetitia Colombani

    (Juste avant le confinement, je me suis retrouvée dans une librairie pour un colis à récupérer? Ce n'était en fait pas la bonne adresse du relais colis mais du coup je suis restée dans les rayons et j'ai demandé conseil pour pouvoir rester encore un peu dans cette période faste de lecture avant de retomber dans une disette.  Ce livre est une petite pépite et la libraire ne s'est absolument pas trompée dans son conseil et sur mes goûts. Promis après le confinement, j'y retourne pour acheter dans ma zone plutôt que sur amazon !)

    - Débuter son potager en permaculture, Nelly Pons

    (Je ne sais pas comment ce livre qui ne nous appartenait pas s'est retrouvé dans un carton mais c'est comme s'il devait être là... oui j'aime bien raconter d'où viennent les livres car l'histoire de l'objet livre et tout aussi importante que l'histoire portée par les mots qu'il contient)

    - Récits farceurs du moyen âge, Sylvie Delom

    (Des contes différents au sein d'une même histoire d'un groupe de gens qui occupent leurs soirées par des récits durant cette période de confinement et de peste. Comment dire que l'introduction a fait écho actuellement ! Celui-ci c'est une amie qui me l'a offert il y a déjà quelques années et il m'a attiré là maintenant précisément pendant ce confinement.)

    - Sa majesté des chats, Bernard Werber

    (Je m'obstine à vouloir lire chaque année son nouveau bouquin... quand je l'ai commencé, je me suis dit qu'il se fichait de nous. c'était exactement la même histoire que demain, les chats mais du point de vue d'un autre narrateur. Bon et puis ça va quand même bien au delà. On ne peut pas dire que j'ai détesté, j'ai plutôt bien aimé malgré tout , c'est pour ça je suppose que j'y reviens chaque année. Je pense que le contexte actuel a aussi joué car cette histoire de reconstruction post crise faisait quelque part écho à ce que nous vivons... alors malgré tout j'attends le troisième tome de la trilogie des chats.)

     

    Et cette période faste de lecture aura donc duré un peu plus de deux mois. Là je grapille quelques phrases à droite à gauche mais la phase séries, films, réseaux sociaux et narration passive a repris le dessus. ce n'est pas grave, comme chaque fois ça reviendra !

     

     


    1 commentaire
  • Cela faisait quelque temps déjà que je me tâtais à reprendre ce blog. Depuis le début du confinement il y a plus d'un mois cette envie s'est intensifiée, d'autant plus que nous avons créé un blog pour l'école afin de maintenir le lien avec les familles et pour que le partage de productions et de défis puisse se faire qui m'a donc remis le pied à l'étrier d'eklablog.

    Et pourtant à chaque fois que j'y pense je me dis à quoi bon ? 

    Comme toujours pour raconter ma vie ..... mais est-ce que ça intéresse vraiment ceux qui vont lire mon blog ? C'est vrai qu'au final, si je fais ce blog c'est surtout pour moi alors je me dis que c'est tout aussi simple d'écrire mes tribulations et mes états d'âme directement dans un carnet, dans un journal comme quand j'étais ado ou dans mon bujo tout simplement ou alors faire des stories blabla sur instagram mais non.

    Alors bon tant pis, je fais ça pour moi. Ceux qui passeront par là, liront ou non, selon si ça les intéresse ou pas. Moi j'ai envie de publier à nouveau ici sur mon espace personnel et pourtant public mes pensées, mes idées, mes fiertés et mes échecs. 

    On verra bien jusqu'à quand je m'y tiens et quand je déserte à nouveau cette espace....

     


    1 commentaire
  • 60 ans

    60 ans, cet âge que tu n'auras jamais. 

    Resté à 59 ans, cette photo sera le souvenir de ton dernier anniversaire.

    Je t'aime papa.

     


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires